Un temps

Un temps

Installation / Projection vidéo / Casques d’écoute / HDV / 10’ / 2010

L’acteur Michel Grobety, qui en 1978 joua le rôle de Clov dans la pièce de théâtre « Fin de partie » de Samuel Beckett dans une mise en scène de Michel Soutter, se souvient de la pièce et de son jeu sur une scène de théâtre vide, sans public. Alors qu’il lit les interventions des personnages principaux, Clov et Hamm, l’interprète Sylvie Rey, qui se tient à coté de lui, traduit simultanément le texte vers la langue des signes. Dans [un temps], l’interprète n’est visible que pendant la lecture du texte de Clove. Lors des interventions de Hamm, on trouve la chaise de l’interprète, le lieu de la traduction, vide. Des micros y sont placés afin de rendre audible et visible l’absence de mots et de langage. En effet, à la place de l’image de l’interprète, on n’entend que le son de ses mouvements signés. Je confronte ici la dissolution du temps, du rien et de ses bribes de mots, qui constituent une tentative de remplir le vide, une dissolution quasiment intenable, avec les sons de la langue des signes. La notion d’espace vide est exacerbée par l’absence de public.
Je m’appuie sur le texte de Beckett pour rendre visible la résilience face au vide et au silence comme témoin de l’absurde, de la communication sans perspective, de l’impossible dialogue.
L’installation comporte des chaises et la projection vidéo. Le son est diffusé sur écouteurs.

La vidéo existe également en version sous-titrée en allemand.

Avec l‘aide de l‘Association Michel Soutter et du Théâtre de Carouge.