The Case

The Case

Installation / 2 Canaux vidéo / Casques d’écoute / HD / 34’ / 2015

L’édition 2014 de l’« Elsa Moot Court Competition on WTO Law » (concours de plaidoirie en droit de l’OMC), qui s’est tenue au siège de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) à Genève, constitue le point de départ de « The Case ».
L’Organisation mondiale du commerce est l’une des seules organisations internationales à traiter, sur le plan mondial, des règles économiques et commerciales entre les Etats. En 1995, l’OMC remplace le GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), qui avait été institué en 1947. Ses principaux objectifs sont de promouvoir le libéralisme économique par l’ouverture commerciale, de régler les litiges commerciaux et de surveiller les politiques nationales.
L’« Elsa Moot Court Competition on WTO Law » est un débat portant sur une affaire juridique fictive. C’est une tribune, un échange, au cours duquel le langage se mue en rhétorique et devient ainsi un instrument discursif et politique. Et c’est tout au long de ce débat, alors que l’on présente et que l’on négocie des règles rhétoriques, qu’apparaissent aussi, et qu’apparaissent surtout, les moments politiques qui révèlent le pouvoir du langage.
J’ai filmé deux équipes de juristes pendant la demi-finale et la finale du concours: l’équipe provenant de la prestigieuse Université privée Harvard Law School de Cambridge, qui représentait l’accusation en finale, et l’équipe de l’Université nationale et capodistrienne d’Athènes, qui détenait, pour la même affaire, tantôt l’accusation en demi-finale, tantôt la défense en finale.
Lors de cette édition du concours, deux Etats fictifs africains, la République fédérale d’Aquitania et le Royaume uni de Commercia s’affrontent devant le Tribunal commercial de l’OMC. L’affaire peut être résumée de la façon suivante :
En 2005, la province Nova Tertia située en République fédérale d’Aquitania, cède l’approvisionnement en eau ainsi que le traitement des eaux à une entreprise privée, Avanti SA, avec laquelle elle signe un contrat sur 20 ans.
En 2007, l’entreprise augmente le prix de ses prestations de 70%. En même temps, en dépit des multiples injonctions du gouvernement, elle refuse de réaliser les travaux d’extension et de réparation du réseau de distribution des eaux. En découle un important soulèvement de la population contre l’accord conclu avec Avanti SA.
En 2009, Nova Tertia annule de façon anticipée le contrat avec Avanti SA, ce à quoi Avanti SA demande au Ministère du commerce du Royaume uni de Commercia, où se trouve le siège de l’entreprise, de porter plainte contre la République fédérale d’Aquitania auprès de l’instance judiciaire de l’OMC.
Cette affaire imaginée décrit un scénario qui porte sur des sujets très réalistes et présents dans l’actualité. Elle soulève des questions relatives à la création de rhétorique et de langage ainsi que de leurs applications juridiques dans le cadre de mécanismes politiques ou économiques.
J’oppose au contenu de ce scénario un langage en images fictionnalisées. Ces images permettront de former des hypothèses pour ainsi venir déranger les frontières entre les matières relevant du documentaire et celles relevant de la fiction.
Les vidéos sont présentées sur deux écrans, synchronisés, accrochés l’un à côté de l’autre. Le son passe par des écouteurs.

Filmé à l’OMC, Genève.

Avec le soutien de l’Office de la culture du canton de Berne, Bourse pour les arts visuels 2015.